Rédigé par Sophie Roldan, Chargée de mission Pérennité et Transmission
Paru dans le Gesec Magazine n°254 – Été 2021

Appels des conseillers bancaires, enquête Banque de France, limitation des en-cours, relances systématiques des fournisseurs… Dans un contexte de risque accru de défaillances d’entreprises, la vigilance est de mise. C’est le moment de vérifier vos cotations et celles de vos principaux clients.

Les différentes cotations attribuées aux entreprises (lire l’encadré) influencent les relations commerciales et financières au quotidien. C’est encore plus vrai en période de crise. Vos partenaires (fournisseurs ou banquiers) se montrent encore plus vigilants sur le délai de paiement de leurs factures et de leurs en-cours. Vous devez en faire autant avec vos clients. On ne peut en effet fermer les yeux sur l’impact de la pandémie sur les finances de chaque acteur du système économique.

Quel est l’impact sur les cotations d’une dégradation du résultat ou d’un endettement à la hausse ?

Pas de catastrophisme : la Banque de France recommande d’« appréhender avec bienveillance les chiffres 2020 ».
Depuis le 15 février 2021, elle a la connaissance automatique de toutes les liasses fiscales des entreprises, qui lui sont transmises directement par la Direction générale des finances Publiques (DGFIP). Elle n’aura donc plus besoin, sauf exception, de vous réclamer ce document (voir sur son site) d’où l’importance grandissante de contacter le conseiller de votre département pour communiquer sur l’activité de votre entreprise et ses perspectives.

Comment le prêt garanti par l’État est-il pris en compte dans l’endettement ?

Le ratio d’endettement net, aussi appelé gearing, est un des indicateurs privilégiés des analystes financiers pour évaluer la solidité d’une entreprise. Il traduit le poids de l’endettement par rapport aux capitaux propres (calcul et référence dans votre extranet). Il prend en compte les emprunts diminués de la trésorerie sur le compte bancaire et les placements (dette nette). Qu’en est-il du prêt garanti par l’État (PGE) ? Si vous n’avez pas encore décidé si vous alliez le rembourser ou l’étaler, il peut, dans certains cas, être exclu du périmètre. Pour le savoir, rapprochez-vous de vos conseillers pour procéder, s’il y a lieu, au réajustement de votre cotation.

Quels sont les autres impacts de la pandémie pour 2021 et après ?

Appels téléphoniques des conseillers bancaires, enquête Banque de France, limitation des en-cours, alerte au « défaut de paiement », relances immédiates des fournisseurs… La plupart des entreprises constatent une vigilance accrue de la part de leurs partenaires. Rien de surprenant : avec la crise, le risque de défaillance s’amplifie. Il faut donc s’attendre à des demandes supplémentaires de garantie (type garantie autonome, sûreté personnelle, etc.), voire à des durcissements dans les accords crédits. La connaissance et le suivi de votre cotation vous permettront d’anticiper un éventuel renforcement des négociations.


Qui note les entreprises ?

  • La Banque de France. Elle dispose d’informations détaillées qui lui permettent d’établir une cotation des entreprises (de 9, cote la plus compromise, à 3++, cote de l’excellence). Cette cotation est disponible via le système Fiben accessible aux établissements bancaires. Vous pouvez connaître votre cotation Fiben en créant votre espace personnel sur le site de la Banque de France.
  • Vos banques. Elles sont tenues réglementairement, dans le cadre des procédures dites du comité de Bâle, d’attribuer une note à chacun de leurs clients « entreprise ». Elles doivent vous les communiquer et vous l’expliquer si vous le leur demandez. Cette classification est propre à chacune de vos banques. En cas de difficulté pour obtenir cette note, le Gesec met à votre disposition un modèle de courrier type disponible dans votre extranet.
  • Les assureurs-crédit. La mission d’organismes comme la Coface ou la Sfac consistant à prévenir le risque clients, ces derniers sont amenés à évaluer et surveiller quotidiennement la situation des entreprises. Vous pouvez consulter votre note sur le site d’Euler Hermes.

À lire également :