Système d'Information

Système d’information : et si vous passiez au cloud ?

Rédigé par Etienne Lolivier,

Paru dans le Gesec Magazine 256

Cela fait un moment que vous vous posez la question, mais vous n’êtes pas certain d’avoir toutes les cartes en main pour faire un choix éclairé. Voici quelques arguments qui devraient vous convaincre à sauter le pas.

Mode local ou mode cloud ? Vous avez certainement déjà été confronté à ce choix, pesant les avantages et les inconvénients de chaque solution, notamment pour votre ERP, qu’il s’appelle Codial, Esabora ou autre. Coût, propriétés des données, fiabilité : les idées reçues ne manquent pas à propos des solutions distantes, qu’elles soient présentées sous le vocable « cloud » ou « SaaS », pour « Software as a Service » (logiciel en tant que service). Qu’en est-il réellement ? Pour vous permettre d’y voir plus clair, nous vous proposons de comparer les deux options proposées par l’ÈRE métier Codial.

Option 1 : Codial sur site (Local ou On-Premise)

Vous possédez un serveur sur lequel est installé le logiciel Codial. Vos utilisateurs y accèdent via le réseau local depuis leur poste de travail. Vous devez maîtriser la sécurité de ce serveur : l’installer dans un local à accès restreint, gérer les mises à jour Windows et l’antivirus. Dans l’idéal, votre serveur doit être refroidi, posséder une alimentation électrique secourue et disposer d’un contrat de maintenance pour avoir rapidement les pièces de rechange. Vous devez aussi garantir la sauvegarde des données pour les récupérer facilement en cas de panne matérielle ou d’attaque de rançongiciel (lire l’encadré). Enfin, une personne en interne gère l’informatique ou un prestataire sous contrat s’en charge.

Option 2 : Codial en mode SaaS

Vous accédez à Codial comme à n’importe quel site internet. Une fois identifié, vous accédez à toutes vos données. Vous louez les services des équipes de Codial, qui devient le responsable de la sécurité de vos données professionnelles. De la même façon que l’on ne garde pas ses économies sous son matelas, vos données sont dans une « banque ». L’intégrateur vous garantit leur disponibilité. Les équipes de l’éditeur gèrent ainsi les sauvegardes, le matériel et toute la sécurité gravitant autour de l’écosystème avec plus de moyens techniques et humains que vous. Conclusion : si vous ou un membre de votre équipe manque de temps, que vous ne souhaitez pas déployer d’importants moyens pour sécuriser vos données, le SaaS est une très bonne solution. Vous louez l’usage et pouvez ainsi vous concentrer sur ce que vous faites le mieux : gérer votre entreprise et satisfaire vos clients.

Local vs distant : avantage indiscutable au cloud/SaaS

  • Local
    Données sur place
    Pas d’indisponibilité en cas de coupure d’internet
  • Cloud/SaaS
    Matériel fourni et maintenu
    Licences fournies
    Sauvegarde prévue
    Sécurité fournie
    Support unique
    Charge (affectation comptable)
  • Local
    Prévoir la sauvegarde
    Prévoir la sécurité
    Matériel à fournir
    Licences à fournir et à renouveler
    Support multiple
    Investissement (affectation comptable)
  • Cloud/SaaS
    Données stockées en externe

Cloud, SaaS : en finir avec les idées reçues !

Je ne serai plus propriétaire de mes données.
Rassurez-vous : bien qu’hébergées hors de votre entreprise, vos données restent votre propriété. Vous et vos collaborateurs y accédez via un portail sécurisé depuis l’entreprise, mais aussi en télétravail ou sur le chantier depuis un smartphone ou une tablette. Si vous choisissez de revenir sur un mode local, cela ne posera aucun souci.

Cela va me coûter beaucoup plus cher.
Pas si sûr… Pour effectuer la comparaison, n’oubliez pas de prendre en compte les investissements matériel et logiciel ainsi que le temps passé à sécuriser vos données. Demandez-vous plutôt combien vous coûterait la perte de vos données ? Voyez le Saas comme une location longue durée (LLD). Quand vous louez un véhicule, avec une assurance et un contrat d’entretien pour une durée donnée, vous sentez-vous moins en sécurité que dans un véhicule qui vous appartient ?

Cloud, de quoi parle-t-on ?

Le vocable de cloud (nuage, en anglais) recouvre en réalité plusieurs types de solutions de mise à disposition de ressources informatiques sur internet.

  • Cloud privé
    Serveurs hébergés dans vos locaux ou chez un hébergeur et ouverts sur internet.
  • Cloud public
    Il s’agit de services SaaS comme Gmail, Microsoft Azure ou autres.
  • Cloud hybride
    Combine cloud public et privé, peut aussi inclure des infrastructures héritées sur site.

Le rançongiciel en chiffres

Toutes les 40 secondes, une entreprise serait frappée par un rançongiciel, d’après le spécialiste des solutions antivirales Kaspersky. Dans deux tiers des cas, ces programmes malveillants, qui chiffrent les données dans le but d’extorquer de l’argent à leur propriétaire, seraient importés par un utilisateur cliquant sur un lien douteux depuis un courriel ou une pièce jointe. En 2020, les entreprises impactées par ce type d’attaques auraient ainsi subi une indisponibilité moyenne de 15 jours.

Avec le soutien de nos partenaires :

Vous aimerez aussi

Marquage CE, labels et marques de certification de produit : quelles différences ?